Ecouter le mot commun Commun

Définitions

Grand Dictionnaire de la langue française numérisé

  • adj. Qui est propre au plus grand nombre ; général, public : L'intérêt commun.
  • adj. Qui appartient à plusieurs choses ou personnes, qui est simultanément le fait de plusieurs choses ou personnes, ou qu'on partage avec d'autres : Point commun à deux lignes. S'associer à l'effort commun.
  • adj. Qui se rencontre fréquemment, qui n'est pas rare ; abondant ou habituel, répandu, ordinaire, courant : L'aubépine est commune dans les haies.
  • adj. Qui manque de distinction, d'élégance ; vulgaire : Il a des manières très communes.
  • adj. AstrologieSe dit de chacun des quatre signes précédant les équinoxes et les solstices (Gémeaux, Poissons, Sagittaire et Vierge).
  • adj. InformatiqueSe dit d'un paramètre ou d'une variable gardant une même valeur dans divers sous-programmes d'un même programme.
  • adj. Linguistique Se dit de la langue usuelle, par opposition aux langages techniques. En linguistique historique, se dit d'un état de langue, généralement non attesté, qui serait celui de la langue considérée avant sa différenciation en dialectes.
  • n.m. Littéraire. Le plus grand nombre, la généralité : Le commun des lecteurs aime ce genre de livres.
  • n.m. HistoireEnsemble des personnes qui formaient le service des grandes maisons.
  • adj. Qui appartient à tous, qui concerne tout le monde, à quoi tous ont droit ou part : Les parties communes d'un immeuble.

Portail internet "Le Dictionnaire"

  • (Linguistique) Qualifie la langue qui est parlée le plus généralement dans un pays, ou parfois sert de langue d'échange (koiné).
  • n. (Liturgie) L’office général des apôtres, des martyrs, etc., pour qui l’église n’a point réglé d’office particulier.
  • Qui est médiocre, qui ne sort pas de l’ordinaire, qui est peu estimable dans son genre.
  • De peu de valeur et d’une qualité médiocre.
  • Vulgaire, bas, par opposition à noble, distingué.
  • n. Société entre deux ou plusieurs personnes.
  • n. Le plus grand nombre, la plus grande partie.
  • n. Peuple.
  • n. (Au pluriel) Bâtiments annexes qui servent aux cuisines, aux garages, aux écuries et généralement aux différentes parties du service.
  • n. (Grammaire) Genre présent dans certaines langues, particulièrement germaniques, exprimant que la terminaison est la même au masculin et au féminin [2].
  • (Droit) Relatif à une communauté de biens.
  • (Géométrie) Ce qui appartient à la fois à deux figures que l’on compare.
  • (En particulier) (Mathématiques) Définition manquante ou à compléter. (Ajouter)
  • Répandu et abondant ; fréquent, courant.
  • Général, ordinaire, habituel, Moyen ; qui appartient ou peut appartenir à la plupart des hommes ou à un grand nombre d’hommes.
  • Public, collectif.
  • (En particulier) Mutuel, réciproque.
  • Partagé par différents êtres ou par différentes choses.
  • Qui sert, qui peut servir à tout le monde ou seulement à plusieurs personnes.
  • (Linguistique) Qualifie les mots, les termes ordinaires d’une langue, par opposition à ceux qui ne sont usités que dans les arts et dans les sciences.

Le littré

  • adj. Sens 15: Les communs se dit dans quelques provinces pour les commodités.
  • adj. Sens 14: Dans les grandes maisons, les communs, les bâtiments affectés aux cuisines, écuries, remises, etc.
  • adj. Sens 13: Le commun chez les rois, chez les princes et les grands, nom collectif qui signifie les bas officiers. Il a mangé à la table du commun.Chez le roi, grand commun, les offices destinées à la nourriture de la plupart des officiers de la maison du roi. Petit commun, certaines offices détachées du grand commun pour la nourriture de quelques officiers privilégiés de la maison du roi.
  • adj. Sens 12: La roture, les basses classes. Terme de liturgie. Le commun des martyrs, les martyrs pour lesquels l'Église prie en masse ; et fig. Il est du commun des martyrs, c'est un homme que rien ne distingue.
  • adj. Sens 11: Le plus grand nombre, la généralité. Le commun des lecteurs. Cette chose est du commun, elle n'a pas grand prix.
  • adj. Sens 10: S. m.: Le commun, ce que deux ou plusieurs personnes mettent en société. Il faut prendre cette dépense sur le commun.Vivre sur le commun, vivre aux frais d'une société, sans rien faire ; et aussi, vivre sur le tiers et le quart. En commun, loc. adv.: De société, de concert. Vivre, travailler en commun.
  • adj. Sens 9: Année commune, l'une portant l'autre, bon an, mal an. S. f.: Terme de bourse. Faire une commune ou moyenne, se dit d'une personne, qui, après avoir acheté des valeurs à un prix, les voit subitement baisser, sans que son opinion sur la hausse ait changé ; qui alors achète en baisse la même quantité de valeurs qu'elle possède déjà (ce qui diminue le prix de revient de la totalité) ; et qui, quand la hausse reprend, vend aussitôt que les cours ont atteint ce nouveau prix de revient sans attendre, au risque de ne pas le revoir, son prix d'achat primitif.
  • adj. Sens 8: Terme de grammaire. Nom commun ou substantif appellatif, celui qui convient à tous les individus de la même espèce ; homme, cheval sont des noms communs.Nom commun ou épicène, nom qui change de genre, ou nom qui convient aux deux sexes : un bel enfant ou une belle enfant ; une perdrix, qui se dit également du mâle et de la femelle. Adjectif commun, adjectif qui, comme fidèle, a la même terminaison au masculin et au féminin. Syllabe commune, syllabe qui, dans les langues où la quantité des syllabes fait le vers, peut être longue ou brève. Terme de grammaire grecque. Verbes communs, verbes qui ont à la fois le sens actif et le sens passif, avec la terminaison passive. Dialecte commun, par opposition aux dialectes locaux, la langue littéraire commune à tous les écrivains grecs après Alexandre. Terme de rhétorique. Lieux communs, sorte de points principaux, auxquels les anciens rhéteurs rapportaient toutes les preuves dont ils faisaient usage dans leurs discours ; et par extension et en mauvaise part, idées usées, rebattues, pensées ou expressions banales. Il ne dit que des lieux communs.
  • adj. Sens 7: Privé de noblesse, de distinction. Il a l'air commun, la figure commune.
  • adj. Sens 6: Qui ne s'élève pas au-dessus du niveau ordinaire.
  • adj. Sens 5: Fréquent, abondant, qu'on trouve facilement. Les bons muscats sont communs en Languedoc.
  • adj. Sens 4: Ordinaire. Devenir d'un usage commun. À la mode commune. La vie commune, les mœurs générales, les événements ordinaires de la vie. Sens commun, faculté de juger raisonnablement des choses, en tant qu'elle appartient à la plupart des hommes. Les mots, les termes communs de la langue, ceux qui sont usuels entre tout le monde, par opposition aux termes techniques. Style commun, style qui n'a rien de remarquable ni d'élégant. Vers commun, vers de dix syllabes, ainsi nommé par opposition au grand vers ou vers alexandrin, qui est de douze syllabes, et au petit vers, qui est de huit syllabes. Le commun peuple, le vulgaire. Expédier en forme commune, en style de la daterie de Rome, expédier sans grâce et sans remise ; et, figurément, être expédié en forme commune, éprouver un sort fâcheux, une malencontre, perdre tout son argent au jeu, mourir entre les mains de mauvais médecins, etc. Délit commun, se disait d'un délit commis par un ecclésiastique et justiciable du juge ecclésiastique, par opposition à cas privilégié.
  • adj. Sens 3: Général, public. L'intérêt commun. L'opinion commune. La langue commune, la langue qui se parle le plus généralement dans un pays. En Alsace, l'allemand est la langue commune. D'un commun accord, de concert, sans opposition aucune. D'une commune voix, unanimement. La voix commune, l'opinion générale. Faire preuve par la commune renommée, c'est-à-dire par l'opinion publique, au moyen d'une enquête.
  • adj. Sens 2: Qui se fait en société, ensemble ; qui est conjoint. À Sparte les repas des hommes étaient communs. Le travail commun resserre leur union. Un commun naufrage. Faire cause commune, se dit de personnes qu'un intérêt, un motif quelconque pousse à réunir leurs efforts, à combattre pour un même objet. Faire bourse commune, se dit de personnes mettant ensemble l'argent qu'elles ont ou qu'elles gagnent, et vivant ainsi avec l'avoir les uns des autres. Faire vie commune, vivre à frais communs. La vie commune, la vie des communautés. Avoir quelque chose de commun avec, n'avoir rien de commun avec, avoir ou n'avoir pas des analogies, des rapports, des ressemblances avec.
  • adj. Sens 1: Qui est de participation à plusieurs ou à tous. L'air, la lumière sont communs. La maison commune, l'hôtel de ville. Terres communes, terres qui, n'ayant pas de possesseur particulier, servent aux usages d'une communauté, dans le territoire de laquelle elles se trouvent situées. Des amis communs, des amis qui le sont des deux parties. Le droit commun, la loi établie dans un état, l'usage général. Terme de jurisprudence. Dont la jouissance est permise à plusieurs personnes à titre égal. Escalier, puits, chemin commun. Jugement ou arrêt commun, jugement exécutoire contre une personne qui n'a point été mise en cause ou qui a fait défaut, aussi bien que contre la partie qui a comparu. Époux communs en biens, époux mariés sous le régime de la communauté. Choses communes, les choses qui ne sont pas susceptibles de propriété publique ou privée comme l'air, la mer. En termes de palais et de généalogie, l'auteur commun des parties, se dit quand on parle du père de deux frères ou sœurs qui plaident ensemble. En arithmétique, diviseur commun, nombre qui divise exactement deux ou plusieurs autres nombres. 4 est un diviseur commun de 36, de 28 et de 52. Le plus grand commun diviseur, le plus grand de tous les diviseurs communs à deux ou plusieurs nombres. Ainsi 84, 42, 56, ont pour diviseurs communs 2, 4, 7, 14. Ce dernier est le plus grand commun diviseur des trois nombres donnés. Dénominateur commun, celui qui appartient à plusieurs fractions données ou réduites au même dénominateur. Terme de physique. Réservoir commun, en parlant de l'électricité, la terre où s'écoule et d'où semble sortir toute l'électricité sensible produite par nos machines. Terme de géométrie. Qui appartient à la fois à deux figures que l'on compare.

Adoptez moi !

Aidez Dicolink (et améliorez votre référencement! ) en adoptant le mot commun.

Citations

  • Communiquer, c'est mettre en commun, et mettre en commun, c'est l'acte même qui nous constitue.

    Georges Wolinski

  • Pousser en commun, mais non pas penser en commun.

    Marc Aurèle

  • Torture: Nom commun, trop commun, féminin, mais ce n'est pas de ma faute.

    Pierre Desproges

  • Quand les fakirs veulent voir la lumière céleste, ce qui est très commun parmi eux, ils tournent les yeux vers le bout de leur nez.

    Voltaire

  • Quoi de plus commun que de se croire deux nez au visage, et de se moquer de celui qui se croit deux trous au cul.

    Denis Diderot

  • Aux vrais amis tout est commun.

    Benjamin Franklin

  • C'est un défaut commun aux hommes que de confier aux autres leurs desseins.

    Baruch Spinoza

  • Despuis ceste parole est demourée en usage entre les Grecs, comme un proverbe commun.

    Jacques Amyot

  • Du bon sens, il y en avait bien, mais il se tenait caché par peur du sens commun.

    Alessandro Manzoni

  • Elle était d'un type si commun que chaque homme croyait l'avoir possédée.

    Paul Morand

Expressions

Expressions contenant le mot Commun.

Discussions

Comments (0)

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour laisser un commentaire. C'est rapide et facile.

Scrabble

Le mot commun est valide au Scrabble et rapporte 10 points .