Ecouter le mot mal Mal

Définitions

Grand Dictionnaire de la langue française numérisé

  • adv. D'une manière mauvaise, qui n'est pas satisfaisante : Vous m'avez mal compris. Être mal payé.
  • adj. inv. Mauvais, funeste (seulement dans quelques expressions) : Bon gré mal gré. Bon an mal an. (→ gré, an.)
  • n.m. Souffrance physique affectant une partie du corps : Mal de dent. Maux d'estomac.
  • n.m. Maladie ou phénomène qui détériore quelque chose, une situation : Le mal a progressé.
  • n.m. Inconvénient, difficulté, problème, tout ce qui perturbe quelque chose : Entre deux maux, il faut choisir le moindre.
  • n.m. Ce qui est susceptible de nuire, de faire souffrir, ce qui n'est pas adapté : Le mal est fait.
  • n.m. Ce qui est contraire au bon, à la vertu ; ce qui est condamné par la morale (seulement singulier, avec article défini) : Faire le mal pour le mal.
  • adv. Forme avec un participe des adjectifs ou noms composés (le nom peut avoir un trait d'union) : Les mal(-)aimés de la population. Mal logés.
  • adv. D'une façon contraire à la morale, aux usages, à l'honnêteté : Il a mal agi.

Portail internet "Le Dictionnaire"

  • n. (Religion) Ce qui est refusé par une doctrine, un dogme religieux.
  • n. Interprétation défavorable et fausse donnée à quelque chose.
  • n. Médisance.
  • n. Dommage, perte.
  • n. (Figuré) Chagrin.
  • n. (Figuré) Répugnance.
  • n. Peine, travail, difficulté.
  • n. Douleur physique, maladie.
  • n. Ce qui est contraire à la vertu, à la probité, à l’honneur.
  • n. Ce qui est contraire au bien, ce qui est mauvais, nuisible, désavantageux, préjudiciable, etc.
  • (Familier) Se dit en parlant du visage, de la tournure, des manières.
  • De mauvaise manière, autrement qu’il ne faut, qu’il ne convient, qu’on ne désirerait.
  • Il est aussi employé comme adjectif invariable dans les expressions suivantes :
  • Il est encore employé dans les expressions :
  • (Désuet) ou (Québec) Mauvais.

Le littré

  • Sens 22: Pas mal, se dit familièrement pour approuver quelque chose. Pas mal, vraiment. Dans le langage familier, pas mal signifie aussi en assez bon nombre, en assez grande quantité. Il n'y avait pas mal de curieux à ce spectacle.
  • Sens 21: Dans le langage familier, être mal se dit pour exprimer que le visage est laid, que la tournure est laide. Cette jeune fille est mal. Cette jeune fille n'est pas mal.On le dit aussi des choses. Ce vin n'est pas mal. Ce thème n'est pas mal.
  • Sens 20: Être mal, être dans une mauvaise situation ; se mettre mal, se mettre dans une mauvaise situation. Être mal en, être peu pourvu de. Être mal en, signifie aussi que ce qu'on a est mauvais. Il est mal en femme.
  • Sens 19: Être mal, être extrêmement malade.Être très mal, être en grand danger. Être au plus mal, être dans un état désespéré.
  • Sens 18: Être mal avec quelqu'un, être brouillé avec lui. Mettre quelqu'un mal avec, le brouiller avec. Se mettre mal avec quelqu'un, se brouiller avec lui. Être mal en cour, n'avoir pas la faveur du prince. Fig. N'être pas mal avec une dame, se dit dans un style cavalier pour faire entendre qu'on a touché son cœur.
  • Sens 17: Se trouver mal, tomber en faiblesse, en défaillance, et aussi éprouver du malaise.Se trouver mal d'une chose, en éprouver du dommage, de l'inconvénient. Mal en point, voy. POINT.
  • Sens 16: Prendre mal une chose, s'en offenser. Il a mal pris la réponse qu'on lui a faite.Prendre mal un passage, n'en pas saisir le véritable sens. Parler mal, dire du mal.
  • Sens 15: Se mettre mal, s'habiller sans goût, voy. METTRE.
  • Sens 14: Mal, adv. Autrement qu'il ne faut. Mal, dans un sens négatif. Mal fait, dont le corps est mal fait, qui a mauvaise tournure. Substantivement.: On écrit quelquefois en un seul mot : malfait. Faire mal, exécuter d'une manière défectueuse. Il fait mal tout ce qu'il fait. C'est mal dire, c'est s'exprimer d'une façon inexacte. Cote mal taillée, voy. COTE. Terme de blason. Mal taillé, se dit des pièces grossièrement dessinées. Terme de chasse. Un animal est mal mené lorsqu'il a beaucoup couru et qu'il est sur ses fins. Mal à l'aise, incommodé tant au physique qu'au moral. Mal à l'aise en présence d'une personne qu'il avait offensée.
  • Sens 13: Paroles désavantageuses tenues sur quelqu'un ou quelque chose ; et aussi interprétation défavorable donnée à quelque chose. C'est un homme qui prend tout en mal. La médisance tourne en mal les paroles innocentes. Pourquoi expliquer en mal ce qui est dit indifféremment ? On lit dans la Bruyère, VIII : Pensant mal de tout le monde, il n'en dit de personne. Il serait plus correct de dire : Pensant du mal de tout le monde.
  • Sens 12: Inconvénient. Il n'y a que demi-mal, le mal est peu considérable.
  • Sens 11: Dommage, perte, calamité. La gelée a fait beaucoup de mal aux vignes.
  • Sens 10: Peine, travail. Il a eu bien du mal à l'armée. Se donner du mal, prendre de la peine. Il s'est donné beaucoup de mal pour faire réussir cette affaire. Fig. Avoir du mal, bien du mal à faire une chose, la faire avec répugnance, avec chagrin. Il a eu bien du mal à vous quitter.
  • Sens 9: Terme de magnanerie. Mal de vers ou mal de bassine, affection observée dans les fabriques où l'on dévide les cocons de soie. Terme de fauconnerie. Mal subtil, espèce de phthisie qui attaque les oiseaux de proie.
  • Sens 8: Mal est employé dans le langage des vétérinaires pour désigner diverses affections des animaux.Mal d'âne, crevasses qu'on remarque souvent autour de la couronne du sabot des bêtes chevalines, de l'âne surtout, lorsque ces animaux sont atteints d'eaux aux jambes. Mal de bois ou mal de brout, maladie qui attaque les bestiaux qu'on mène paître, au printemps, dans les bois. Mal de cerf, maladie du cheval qui ne paraît pas différer du tétanos. Mal d'encolure, nom générique des blessures de la partie supérieure de l'encolure produites par des contusions ou des frottements répétés. Mal de feu ou mal d'Espagne, hépatite aiguë des animaux, accompagnée d'inflammation des méninges. On l'appelle aussi vertige idiopathique. Mal de foie, nom vulgaire qui a été donné à la pourriture du mouton ou cachexie aqueuse. Mal de garrot, meurtrissure ou blessure faite au garrot du cheval. Mal de pied, nom vulgaire donné au piétin. Mal de rognon, contusion sur les apophyses épineuses des dernières vertèbres dorsales et des vertèbres lombaires, chez les bêtes chevalines. Mal de taupe, tumeur qui survient à la région de la nuque chez le cheval, et même chez le bœuf, où elle porte le nom d'écrouellet. Mal de tête de contagion, nom donné tantôt à l'anasarque, tantôt à la morve gangréneuse chez le cheval.
  • Sens 7: Mal joint à une autre qualification sert à dénommer diverses maladies ou souffrances.Mai des ardents, maladie qui paraît avoir été une affection gangréneuse, caractérisée surtout par des destructions de la peau et des membres ; cette affection a régné à diverses reprises d'une manière épidémique, pendant le moyen âge. Mal d'aventure, nom donné à de petits abcès qui surviennent près d'un des ongles de la main. On donne aussi aux panaris le nom de mal d'aventure. Mal caduc, mai Saint-Jean, mal sacré, haut mal, l'épilepsie. Mal chimique, nom donné par les ouvriers à la nécrose de la mâchoire inférieure causée par le travail prolongé dans les fabriques d'allumettes phosphorées ou allumettes chimiques. Mal de cœur, envie de vomir, nausées. Mal de cœur, maux de cœur, symptôme de grossesse. Fig. Mal de cœur, dégoût de quelque chose ou de quelqu'un. Mal d'enfant, les douleurs d'une femme qui accouche. Mal de Fiume ou scherlievo, voy. ce mot. Mal français, voy. mal de Naples. Mal de gorge des prédicateurs, angine glanduleuse ou granuleuse. Mal de mâchoire, nom vulgaire donné au trismus. Mal de mer, indisposition à laquelle beaucoup de personnes sont sujettes lorsqu'elles vont sur mer, et qui est caractérisée par des désordres d'estomac. Mal de mère, l'hystérie. Mal de misère, nom donné par quelques médecins à la pellagre. Mal de montagne, l'ensemble des phénomènes qui se manifestent lors de l'ascension sur les hautes montagnes. Mal de mort, nom d'une espèce de lèpre, dans laquelle les parties affectées prenaient une couleur livide et semblaient dans un état complet de mortification. Mal de Naples, nom que les Français donnent à la syphilis, parce que des soldats l'apportèrent, dit-on, autrefois du siége de Naples, vers la fin du XVe siècle ; les Italiens, au contraire, qualifient cette maladie de mal français. Mal de rose ou mal des Asturies, sorte de pellagre, ainsi dite parce qu'elle donne une teinte rouge à la peau et qu'elle règne dans les Asturies. Mal rouge de Cayenne, espèce d'éléphantiasis. Mal Saint-Antoine, sorte d'érésipèle. Mal Saint-Jean, la chorée. Mal Saint-Lazare, l'éléphantiasis. Mal Saint-Main, nom donné tantôt à la gale, tantôt à la lèpre. Mal de Saint-Roch, maladie des paveurs et tailleurs de pavés de Paris et de Fontainebleau, et qui provient de l'introduction de la poussière du grès dans les poumons. Mal de Siam, nom donné à la fièvre jaune, parce qu'on a cru que, dans le XVIIe siècle, elle avait été apportée de Siam dans les îles de l'Amérique ; ce qui est une erreur. Mal vénérien, la syphilis. Populairement. Avoir du mal, avoir la syphilis. Donner du mal, gagner du mal, communiquer la syphilis, être atteint de syphilis. Mal vertébral de Pott, carie d'une ou de plusieurs vertèbres, ainsi appelée parce que Pott, chirurgien anglais, en a donné une excellente description.
  • Sens 6: Familièrement, un mal, un furoncle, un clou, un abcès, une tumeur.
  • Sens 5: Douleur physique, maladie. Particulièrement, les maux, petites souffrances continuelles, par opposition à maladie. Maux de nerfs, souffrances indéterminées, synonyme de vapeurs, hypocondrie, etc. Mal de tête, douleur qu'on éprouve à la tête, céphalalgie. Mal du pays, maladie du pays, la nostalgie. Chaud mal, la fièvre chaude, le transport au cerveau. Fig. Tomber de fièvre en chaud mal, tomber d'un petit accident en un plus grand, voir empirer sa condition. Allez, Dieu vous garde de mal, se dit à quelqu'un que l'on congédie, que l'on reconduit. Faire mal à, causer de la douleur, de la maladie. Faire mal se dit aussi de la partie qui est douloureuse. Le doigt me fait mal. Le genou m'a fait mal toute la nuit. Se faire mal, se blesser. Elle s'est fait mal au doigt.
  • Sens 3: Absolument: . Le mal, la part de mal qui aux yeux de l'homme règne dans l'univers. Les philosophes ont cherché longtemps la cause du mal. La religion de Zoroastre attribue le mal à un mauvais principe qui partage la souveraineté du monde avec le principe de bien. Terme de philosophie. Mal métaphysique, imperfection de nature qui tient à l'essence des choses. Mal physique, les souffrances, les maladies, la mort. Mal moral, crime et péché. e qui est contraire à la vertu, à la probité, à l'honneur. La science du bien et du mal. Induire quelqu'un à mal, le porter au vice, au péché, au crime. Mettre une femme à mal, la séduire. Mettre à mal, se dit aussi, en général, pour corrompre. Penser, songer à mal, avoir quelque intention maligne ou mauvaise. Il n'y a pas de mal à, on ne pèche pas en. Il n'y a pas de mal entre eux, se dit pour exprimer que les relations d'un homme et d'une femme sont tout à fait innocentes. Familièrement. Faire du mal, commettre quelque action contraire à la morale.
  • Sens 2: S. m.: Le mal, ce qui nuit, ce qui blesse ; le contraire du bien (c'est l'adjectif mal pris substantivement). Un mal d'opinion, un mal qui n'est mal que dans l'opinion, dans l'imagination des hommes. Les maux d'imagination, les maux qui ne sont pas réels. Faire du mal, nuire, infliger quelque chose qui fasse souffrir. Vouloir du mal à quelqu'un, souhaiter que du mal lui arrive, être irrité contre lui. On dit dans le même sens : vouloir mal, ou, en renforçant, vouloir mal de mort. Il vous en prendra mal, mal vous en prendra, cela vous causera du mal, du dommage.
  • Sens 1: Adj.: Qui nuit, qui blesse. Mal est adjectif masculin dans les locutions : bon gré, mal gré ; bon an, mal an.Il est aussi adjectif dans cette tournure : Il est mal d'acquérir la fortune par des voies illicites. Il est féminin dans les locutions suivantes (féminin que ne donne pas le Dictionnaire de l'Académie) : la male faim, voy. FAIM et MALEFAIM ; la male heure (voy. HEURE, n° 13) ; la male tache. Autrefois mal, male était un adjectif pleinement usité ; il ne reste plus, comme on voit, que des traces de cet usage.

Adoptez moi !

Aidez Dicolink (et améliorez votre référencement! ) en adoptant le mot mal.

Citations

  • Renonce au mal et le mal renoncera à toi, car le mal s'empresse vers ceux qui font le mal.

    François de La Rochefoucauld

  • Ma vie est un film doublé, mal monté, mal interprété, mal ajusté, une erreur en somme.

    Marguerite Duras

  • En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal.

    Nicolas Machiavel

  • Il vaut mieux bien faire le mal que mal faire le bien.

    Ovide

  • Taxi, j'avais un joli rôle dans le film mais je n'étais pas du tout préparée à ce qu'il ait ce succès, et je me suis retrouvée embarquée dans ce succès malgré moi. Je l'ai plutôt mal vécu, même assez mal, et puis l'envie de faire ce métier m'a permis de dépasser cette peur du succès.

    Marion Cotillard

  • Ce qui commence dans le mal s'affermit par le mal.

    William Shakespeare

  • Ce qui commence mal finit mal.

    Euripide

  • Ce sont les oiseaux les plus mal bigarrés qui chantent le plus mal.

    Georg Christoph Lichtenberg

  • Dieu est pire ou plus loin que le mal, (c')est l'innocence du mal.

    Georges Bataille

  • La jalousie engendre le Mal. . . La jalousie, c'est le Mal !

    Agatha Christie

Expressions

Expressions contenant le mot Mal.

Discussions

Comments (0)

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour laisser un commentaire. C'est rapide et facile.

Scrabble

Le mot mal est valide au Scrabble et rapporte 4 points .